Jours
Heures
Minutes
Secondes

Participez à notre prochain webinaire pour découvrir SASHA !

Améliorer le métier de gouvernante

Comment améliorer le métier de gouvernante ?

Le métier de gouvernante est un métier exigeant, qui demande de grandes compétences et de la rigueur. Que ce soit en établissements médico-sociaux, en EHPAD ou en hôtellerie, pour assurer un travail de qualité, il est important de connaître les bonnes pratiques. C’est ce que nous vous proposons de  découvrir dans cet article, qui reprend les points clés du webinaire que nous avons organisé sur le sujet.
Comment peut-on améliorer ce métier ?
Quels sont les points forts de ce métier et comment peut-on optimiser le travail de gouvernante ?

Évaluation

Le métier de gouvernante dans sa chronologie

Comment est apparu le métier de gouvernante ? Quelles sont ces différentes missions ?

Le métier de gouvernante est né dans les grandes maisons aristocratiques et bourgeoises du Moyen Âge. À l’époque, les familles aisées avaient besoin d’une personne pour superviser l’ensemble du personnel domestique, qui pouvait compter plusieurs dizaines de personnes. La gouvernante était chargée de l’organisation du travail, de l’entretien de la maison et de l’éducation des enfants.

Au fil du temps, le métier de gouvernante a évolué pour s’adapter aux changements de la société. Au XIXe siècle, avec l’essor de l’hôtellerie, le métier de gouvernante s’est développé dans les établissements hôteliers. La gouvernante d’hôtel est chargée de l’entretien des chambres et des parties communes, ainsi que de la gestion du personnel d’entretien.

Aujourd’hui, le métier de gouvernante est exercé dans différents secteurs, tels que les particuliers, les hôtels, les hôpitaux, les écoles, etc. Les compétences et les responsabilités d’une gouvernante varient en fonction du secteur d’activité.

Initialement, les activités de gouvernance en milieu hospitalier ou en établissement spécialisé n’étaient pas encore formalisées et le bionettoyage était considéré comme une tâche secondaire. Ce manque de normes a contribué aux infections nosocomiales, qui ont conduit à l’émergence de protocoles de nettoyage.

Les cliniques ont commencé à se structurer à ce moment-là en 1988, suivies par les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes en 2002, et enfin par la Haute Autorité de Santé et ses recommandations en 2004.

Cet ensemble de réglementations a permis de structurer les établissements de santé – publics et privés – en hôpitaux, cliniques et EHPAD, avec deux domaines clés : les soins et l’hébergement

Les particularités du poste de gouvernante

Quelles sont toutes les particularités du poste pour voir comment les améliorer ?

La fiche de poste de la gouvernante est un élément essentiel pour garantir la qualité de l’hébergement. La gouvernante est en contact direct avec les résidents et assume des responsabilités importantes telles que l’animation, l’encadrement et la formation des équipes. Elle travaille en étroite collaboration avec tous les acteurs d’un établissement de soins pour garantir l’hygiène et la sécurité des patients, des résidents et du personnel, tout en veillant à l’environnement des résidents et en suivant scrupuleusement les protocoles établis. Le métier de gouvernante est complexe et nécessite une grande polyvalence, offrant ainsi de nombreuses opportunités pour l’amélioration continue. Il n’y a pas de profil type pour occuper ce poste, car les personnes ayant des parcours variés peuvent y accéder. Selon une enquête menée par l’équipe SASHA, de nombreus.es gouvernant.es étaient auparavant animateurs ou animatrices, mais aussi anciens Agents des Services Hospitaliers (ASH) qui sont ensuite devenus ASH référents avant d’être nommés responsables gouvernantes. Les personnes ayant une formation spécialisée peuvent également occuper ce poste. Toutefois, pour être un bon gouvernant, il faut posséder des qualités relationnelles pour interagir avec toutes les parties prenantes de l’établissement, ainsi qu’une grande rigueur et un sens des responsabilités pour gérer efficacement l’équipe et garantir la qualité des prestations fournies. La gouvernante doit par ailleurs aimer le management pour pouvoir mener à bien les missions qui lui sont confiées.

Management de la gouvernante

Dans le domaine du management, la gouvernante est chargée d’accueillir et d’intégrer le personnel, ainsi que de coordonner les équipes. Elle est également responsable de l’organisation des plannings, des congés, du recrutement et de la formation. La traçabilité et le contrôle sont également des aspects importants du métier de gouvernante. Au cours de notre visite d’établissement, nous avons observé des gouvernantes organisant des réunions quotidiennes avec les équipes pour ouvrir le débat et inclure les agents dans les décisions à prendre. Il est important de créer une ambiance de travail agréable et de renforcer les liens entre les membres de l’équipe en organisant des activités de team building.

La valorisation du personnel est également essentielle, en organisant des challenges pour motiver les ASH et en leur proposant des formations externes pour leur permettre d’avoir un regard critique sur leurs pratiques. En tant que gouvernante, il est primordial de montrer l’exemple en connaissant parfaitement les protocoles et en les proposant à vos agents. Cela vous permet de gagner en crédibilité auprès de votre équipe.

Métier de gouvernante : Les contrôles

Les différents types de contrôles à réaliser par les gouvernantes

Il y a deux types de contrôles à effectuer :

Le contrôle visuel est mis en place pour vérifier la propreté. De cette façon, la gouvernante va inspecter visuellement une chambre par exemple pour s’assurer qu’elle est propre. Ce type de contrôle est important pour l’image de l’établissement.

Le deuxième type de contrôle est l’évaluation de la pratique, où la gouvernante est présente aux côtés de l’agent. Dans ce cas, la capacité de l’agent à suivre correctement son protocole est évaluée, ce qui permet de garantir une certaine maîtrise du risque infectieux. Le seul moyen de vérifier la propreté microbiologique d’un établissement est soit de réaliser des tests microbiologiques, soit de s’assurer que les agents respectent correctement leur protocole. Bien que cela prenne plus de temps, il est important de vérifier que les outils sont correctement utilisés.

La numérisation peut également aider grâce aux rapports qui permettent de rendre compte à la direction.

Les outils informatiques facilitent souvent la gestion de ces rapports et permettent de montrer l’efficacité des mesures mises en place. Le logiciel SASHA permet de digitaliser ces processus d’évaluation et de contrôle du respect des procédures. Grâce à une interface simplifiée sur tablette ou smartphone et à un tableau de bord accessible sur ordinateur, les contrôles sont facilement réalisables et analysables.

Gestion du matériel et produits

Dans le cadre de la gestion des commandes, certaines gouvernantes rencontrent des difficultés à contrôler leur budget en termes de produits de nettoyage. Cependant, il est possible de limiter la gamme de produits en nettoyant uniquement avec de l’eau les zones qui ne présentent pas de risque évident.

Pour ce faire, il est important de déterminer préalablement les niveaux de risque selon les différentes zones et les différents éléments à nettoyer. Ensuite, il est possible d’identifier les surfaces qui peuvent être entretenues uniquement avec de l’eau, ce qui permet de réduire la gamme de produits utilisés. Cette démarche permet ainsi de réaliser des économies tout en répondant aux besoins écologiques et réglementaires. ash dirigé par une gouvernante Certaines gouvernantes font attention à réduire l’utilisation de produits chimiques polluants tels que les crèmes à récurer, les crèmes ammoniaquées et les désodorisants.

Une méthode efficace pour limiter la surconsommation est d’automatiser les dilutions à l’aide de centrales de dilution. Dans certains établissements, les sols peuvent devenir collants en raison de la présence de micro-organismes piégés dans les produits de nettoyage, souvent causée par un surdosage. L’utilisation d’une centrale de dilution est utile pour éviter ce problème et il est souvent possible de retirer le biofilm en nettoyant simplement à l’eau chaude. Nettoyer les sols à l’eau chaude est donc une solution intéressante.

Application des protocoles

Pour les gouvernantes, il est crucial de respecter les protocoles et de veiller à leur bonne application.

Les protocoles sont appliqués dans toutes les tâches du métier de gouvernante, notamment :

Le nettoyage des chambres : les protocoles de nettoyage définissent les étapes à suivre pour nettoyer une chambre, de la literie aux sanitaires. Ils sont importants pour garantir la propreté et le confort des clients.

Le nettoyage des parties communes : les protocoles de nettoyage définissent les étapes à suivre pour nettoyer les espaces communs, comme les couloirs, les ascenseurs et les salles de réunion. Ils sont importants pour garantir la propreté et l’hygiène des locaux.

Le bionettoyage : le bionettoyage est un nettoyage en profondeur qui vise à éliminer les bactéries et les virus. Il est réalisé dans les zones à risque, comme les hôpitaux et les établissements de santé.

Les gouvernantes doivent s’assurer que les consignes concernant le tri des déchets, la tenue vestimentaire, l’utilisation des produits, ainsi que la vérification des protocoles de bio nettoyage avec les fiches techniques, la traçabilité et l’organisation des distributions des repas soient respectées.

Polyvalent

Accueil et communication

Le métier de gouvernante exige des compétences relationnelles importantes, car les gouvernantes ont des interactions avec diverses parties prenantes telles que les résidents, les patients, les familles, la hiérarchie, le personnel, les autres services et les fournisseurs. 

Pour exercer efficacement leurs fonctions, les gouvernantes doivent donc posséder une bonne connaissance de l’organisation de l’établissement de santé, de ses structures et de ses processus.

Conclusion

En conclusion, le métier de gouvernante est un métier passionnant et exigeant, qui demande de grandes compétences et de la rigueur. Pour assurer un travail de qualité, il est important de connaître les bonnes pratiques, notamment l’établissement d’un plan de nettoyage et d’entretien régulier, l’utilisation de produits et d’équipements adaptés, la formation et l’encadrement des équipes, la mise en place de procédures et de protocoles, et le suivi régulier de la qualité du travail.

Le logiciel SASHA permet de faciliter le travail des gouvernantes et de les aider à aller plus loin dans leur métier en leur proposant un outil digital.

Nos autres articles autour de SASHA et du bionettoyage

Blog

Découvrir la solution SASHA

Lire la vidéo

Interface multisite

Pilotez les interventions chez vos clients à distance et améliorer leur satisfaction avec un meilleur respect des cahiers des charges et des comptes rendus automatisés
Lire la vidéo

Interface monosite

Votre établissement exige un respect des protocoles de bionettoyage avec une équipe valorisée et accompagnée au quotidien.