Article SASHA Magazine Batîment Entretien

Objets et matériels connectés ont gagné la partie

Magazine bâtiment entretien

Les fabricants de matériel ou de petits équipements s’associent de plus en plus souvent à des éditeurs de logiciels ou des experts en technologie numérique.

Ces solutions connectées qui trouve notamment leur place dans les bâtiments séduisent également les donneurs d’ordres.

L’Internet des objets est en train de s’imposer dans l’univers de l’hygiène et de la propreté.

Il faut dire que l’enjeu est colossale, à l’aulne d’un marché qui ne cesse de progresser en volume mais aussi en qualité.

Les entreprises de propreté, parfois aiguillonner par leurs clients, tests et déploie désormais des solutions de gestion et de communication de leurs équipements (machines, chariot, voir EPI), mais également des objets présent chez leurs clients.

La question n’est pas de savoir si les distributeurs de papier ou de savon seront connectés mais de quelle façon et pour fournir quels types d’informations au-delà des niveaux de remplissage.

De même à côté des systèmes propriétaires qui sont testées est déployée par de grandes marques de solutions d’hygiène des distributeurs des spécialistes de l’informatique ou pourquoi pas des prestataires de services vont développer leurs propres dispositifs connectés qui pourront installer sur toutes les types d’objet.

« Celui qui sera en mesure de collecter et d’exploiter les informations recueillies aura une longueur d’avance » observe un distributeur de produits d’hygiène.

La guerre du big data passera aussi par les sanitaires de nos centres commerciaux ou de nos aéroports.

Le prestataire et son client seront en mesure d’anticiper les fréquences de passage des horaires d’influence au jour le jour mais également de se projeter à plus long terme pour planifier les interventions en fonction de la météo de la récurrence d’un épisode de grippe ou d’habitudes de consommation selon le domaine dans lequel ils évoluent.

Valoriser le travail des ASH

La digitalisation des équipements et des tâches devient un enjeu technologique économique mais également sociale.

Equiper ses agents de tablettes leur permettre de tracer les différentes interventions mais aussi de remonter les informations client au travers de photos ou de message d’alerte contribuent à donner une meilleure image et à valoriser les salariés.

Une démarche largement engagée dans l’univers des centres commerciaux ou l'agent voit son champ d’action s'ouvrir au delà du nettoyage.

« Nous retrouvons également cette tendance est ce besoin croissant de faire appel à des solutions connectées dans le monde de la santé. C’est une façon de valoriser le rôle et le travail des ASH mais aussi d’optimiser toutes les opérations de bionettoyage et d’offrir en retour précis et détaillé aux clients qui se recentre de plus en plus sur leur métier de base soigner les patients » constate Jean Philippe charpentier représentant de la société EXPERHYGIA une start-up qui propose la solution SASHA de chariots connectés dédiés au monde de la santé.

Faciliter le suivi microbiologique

SASHA est présenté comme la première solution mobile en France destinées spécifiquement aux professionnels du bionettoyage des locaux et à leur encadrement changer de la propreté visionner microbiologique.

Cet outil sur tablette est très simples et ludiques à utiliser et peut être installés sur les chariots du personnel d’entretien dans tous les types d’établissements de santé.

"Les agents de service chargés de l’hygiène des locaux tracent leur travail, sont au courant des tâches à effectuer, peuvent communiquer via la messagerie mais aussi consulter leurs documents

SASHA permet aussi au personnel encadrant de communiquer facilement avec les équipes et de contrôler l’activité plus rapidement tout en générant automatiquement des graphiques et chiffres-clés ce qui augmenter leur présence sur le terrain et les incite à réaliser du contrôle" conclut le responsable de SASHA.